« Comme l’endométriose, l’hyperémèse gravidique a été associée à tort à une souffrance imaginaire »

Luisa Attali, docteure en psychopathologie et psychologue clinicienne au CHU de Strasbourg, a participé au groupe de travail sur l’hyperémèse gravidique. Elle a accompagné de nombreuses femmes malades et revient sur l’importance du consensus formalisé d’experts sur la pathologie.

En quoi ce texte est-il capital ? Ce texte acte la reconnaissance de l’hyperémèse gravidique par la communauté scientifique. Cela permettra aussi à l’entourage des femmes de mieux les comprendre. Je compare souvent l’hyperémèse à l’endométriose….

——————————————————————————————————————————–

Ce contenu est réservé aux abonnés formule numérique.