« La maltraitance n’est pas réductible à une question d’effectif »

Alice Casagrande a été confirmée le 11 mars à la tête de la Commission nationale de lutte contre la maltraitance et de promotion de la bientraitance, créée il y a quatre ans. Elle revient sur l’inscription de la définition de la maltraitance dans le Code de santé publique (lire Profession Sage-Femme n° 279 – mars 2022) et ce que cette définition doit permettre.

Quel est l’intérêt d’avoir une définition de la maltraitance inscrite dans la loi ? Jusqu’ici, les uns parlaient d’événements indésirables graves, les autres de défaut de qualité, d’absence de satisfaction des usagers, de violences, de déni,…

——————————————————————————————————————————–

Ce contenu est réservé aux abonnés formule numérique.